PUB




Nos Produits
  • Christophe Boisbouvier
    intégralité de l’entretien que le chef de l’État, Patrice Talon a accordé à RFI ce lundi matin
    

    Syndicat

    Les membres de l’ODHP s’insurgent contre la décision qui interdit toute activité des organisations faîtières dans toutes les universités publiques du Bénin

    Cotonou, 13 Oct 2016. (ABP) - Les responsables de l’Organisation pour la défense des droits de l’homme et des peuples (ODHP) ont exprimé leur désapprobation de la décision du gouvernement qui a été portée à la connaissance du peuple béninois interdisant toute activité des organisations faîtières dans toutes les universités publiques du Bénin, au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi à la bourse du travail, en présence de plusieurs responsables des confédérations syndicales.

    «L’ODHP exige que soit rapporté immédiatement et sans condition le décret scélérat, portant interdiction d’activité des fédérations, unions, associations ou organisations faitières d’étudiants dans toutes les universités nationales du Bénin, afin d’ouvrir la voie à la négociation avec les étudiants, exige aussi la satisfaction totale et entière des revendications des étudiants sus énumérées à commencer par la fin du système LMD imposé aux étudiants et le recrutement massif d’enseignants qualifiés en vue d’assurer une instruction de qualité aux apprenants », a déclaré le président de l’ODHP, Aboubakar Baparape, dans son propos liminaire au cours de la conférence de presse.

    Il a profité pour lancer un appel à la mobilisation de tous les compatriotes, démocrates et épris de libertés à se joindre à l’ODHP afin qu’au-delà des protestations sur les réseaux sociaux, une opposition puisse être marquée contre cette volonté de bâillonner les libertés par des manifestations de toutes sortes.

    Le secrétaire général de la confédération syndicale des travailleurs du Bénin, Paul Essè Iko, n’est pas allé par quatre chemins pour préciser qu’aucune loi, encore moins un décret, ne peut interdire une liberté constitutionnelle.

    Pour lui, cet acte que vient de poser le gouvernement est une violation de la constitution du 11 décembre 1990.

    Rappelons que l’article 25 de la constitution du 11 décembre 1990 stipule que « l’Etat reconnaît et garantit, dans les conditions fixées par la loi la liberté d’aller et de venir, la liberté d’association, de réunions, de cortège et de manifestation».

    ABP/AE/TB


    

    ABP AUDIO


    Image du jour



    Conseil des Ministres

    HAAC
    COMMUNIQUE DE LA HAUTE AUTORITE DE L’AUDIOVISUEL ET DE LA COMMUNICATION

    HAAC
    La gestion de la campagne médiatique de l’élection présidentielle

    HAAC
    La gestion de la campagne médiatique de l’élection présidentielle de l’année 2016

    HAAC
    La gestion de la campagne médiatique de l’élection présidentielle

    Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication
    COMMUNIQUE DE LA HAUTE AUTORITE DE L’AUDIOVISUEL ET DE LA COMMUNICATION (HAAC)

    Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication
    COMMUNIQUE DE LA HAUTE AUTORITE DE L’AUDIOVISUEL ET DE LA COMMUNICATION (HAAC)

    Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication
    Aide de l'Etat à la presse privée - Gestion 2014

    Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication
    Appel à candidature aux postes de DG ORTB et DG ABP



    Publicité



    Publicité



    Photothèque



    
    Nos partenaires
    Notre page facebook
    Notre Compteur
    Compteur Global gratuit sans inscription