Le rendement de manioc fortement menacé par l’abondance de pluies à Savalou

Le rendement de manioc fortement menacé par l’abondance de pluies à Savalou

13-08-2017 à 12:08:00

Savalou, 13 août (ABP)- La récolte du manioc, l'un des produits agricoles les plus importants à Savalou, pourrait être décevante cette saison, à cause de l'excès de pluies dans les champs.

Dans plusieurs champs, des tubercules de manioc sont entrain de pourrir sous terre à l'approche des récoltes. La situation inquiète les producteurs qui craignent même "la disparition progressive du manioc à Savalou".

Depuis l'année dernière, les producteurs de ce tubercule voient une partie de leurs cultures pourrir dans les champs avant la récolte.

La tristesse lisible sur son visage, Akémayé TOSSOU, agricultrice à Côvedji (arrondissement de Attaké) témoigne que " C'est plus sérieux cette année, qu'elle n'a pu rien récolter sur plus de la moitié de son champ de manioc".

Et pourtant, témoigne-t-elle, "l'an dernier, j’ai eu plus de 200 mille francs Cfa après la vente du gari transformé à base du manioc produit".

Dame TOSSOU attribue la situation à l'abondance des pluies cette année. "Nous avons enregistré plus de pluie dans le mois de juillet et certaines parties du champ ont conservé de l'eau plus que d'habitude. C'est justement à ces endroits que se produit le phénomène de pourrissement des tubercules", déplore Mme Tossou.

Comme bon nombre de producteurs du manioc à Savalou, Akémayé TOSSOU a déjà "repiqué d'autres tiges de manioc auxdits endroits espérant de meilleurs rendements plus tard". Ceux qui n'ont pas les moyens pour faire comme elle, abandonnent les lieux dans cet état.

C'est difficile de reconnaître les pieds de manioc à problème. Alors qu'à certains endroits, les feuilles de la plante perdent leur verdure, ailleurs, elles gardent la même couleur que les normales.

Même constat à Kpataba, un autre arrondissement de la commune. Même si dans son champ, les dégâts sont moins importants, Soumaïla Odjo "a peur que le phénomène s'amplifie les années à venir". 

"Au premier contact, vous ne soupçonnez rien. Mais quand vous déterrez un pied de manioc, vous vous rendez compte qu'il n'y reste plus rien comme tubercule", explique-t-il.

Craignant la perte de toute leur plantation, certains agriculteurs sont contraints de récolter les tubercules avant leur maturation et les transforment aussitôt en gari ou les bradent à des acheteurs. 

Et c'est la commune de Savalou qui pourrait perdre son titre de meilleure transformatrice de manioc en gari si rien n'est fait pour éradiquer ce problème que rencontrent les producteurs.


ABP/EG/DKJ

Point de l'inondation dans le Mono et mesures prises

29-10-2019

Par: Naboa TCHEHOU
 Dr Dorine Danmitondé, Chef-cellule du conseil départemental de lutte contre le Vih-Sida,...
Revue de presse

Le Bénin réagit suite aux incidents survenus dans les régions frontalières au Nigéria

18-11-2019
Cotonou, 18 Nov 2019. (ABP) – Coopération, justice, éducation, politique, société et autres sujets d’actualités au plan national et international ont été abordés par les journaux parus...
Agro-business
Opinion

Prof. Albert Tévoédjrè: Un ami fidèle de l’ABP (Par Joseph Vodounon Djodo)

07-11-2019

Par: Prof. Albert TEVOEDJRE
La bio-bibliographie de l’homme est si vaste et riche qu’on peut en oublier des éléments pourtant importants. Il est des hommes...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions