Adjassa Fakèyè condamné à 8 ans de réclusion criminelle pour coups mortels à Pobè

Justice / Adjassa Fakèyè condamné à 8 ans de réclusion criminelle pour coups mortels à Pobè

29-06-2020 à 00:06:13

Pobè, 26 Juin (ABP) – Le tribunal de première instance de deuxième classe de Pobè, statuant en matière criminelle a condamné jeudi, le sieur Adjassa Fakèyè à huit (8) ans de réclusion criminelle pour coups mortels, dans le premier dossier inscrit au rôle de la première session criminelle dudit tribunal.

Les faits remontent en février 2012 où le nommé Zinsou Fakèyè, fils de l’accusé Adjassa Fakèyè, a vendu des régimes de palme à dame Monloto Affoïchan et aux femmes de ses enfants à Ouian-Gbadodo, une localité de la commune d’Adja-Ouèrè. Les régimes sont frauduleusement soustraits dans l’une des plantations d’une Coopérative d’aménagement rural (CAR) de la localité.

Après la vente, le nommé Zinsou se serait porté vers la brigade de gendarmerie d’Adja-Ouèrè pour dénoncer lesdites femmes au motif qu’elles détiennent des noix de palme volés. Une fois informée, la brigade est intervenue et a saisi les produits mis en cause.

Une situation qui a causé de frustration et de mécontentement chez les dames à qui Zinsou a vendu les régimes, et qui a dégénéré en bagarre entre les membres de la même famille.

Au cours de cette bagarre, Adjassa Fakèyè volant au secours de son enfant Zinsou a porté des coups de poignard et fait des blessures à plusieurs personnes dans la famille. Lesquels coups et blessures ont entraîné plus tard, la mort de Toundé Fakèyè, frère consanguin de l’accusé qui a aussi reçu un coup de poignard dans le creux de la clavicule droite.

L’accusé dit avoir reçu également des coups au cours de la bagarre.

Interpellé et inculpé de coups mortels, le mis en cause qui dans un premier temps avait fui pour se réfugier auprès de son beau-frère dans une autre localité de sa commune natale après être informé du décès de son jeune frère, a reconnu les faits à toute les étapes de la procédure.

Dans ses réquisitions, le ministère public a fait remarquer que deux chefs d’accusation sont portés contre l’accusé dans ce dossier. Coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans avoir l’intention de la donner, et coups et blessures volontaires sont selon le parquetier Dossa Justin Agassounon, les deux chefs d’accusation. Aussi, a-t-il souligné que le décès de l’une des victimes, Toundé Fakèyè est lié aux coups reçus au niveau du creux de la clavicule droite.

Après avoir rappelé les dispositions du code de procédure pénale en la matière, Justin Agassounon a demandé à la Cour de garder l’accusé Adjassa Fakèyè dans les liens des accusations et de le condamner à huit (8) ans de réclusion criminelle.

La défense de l’accusé assurée par Me Zakari Baba Body, avocat au barreau du Bénin, a dans sa plaidoirie fait savoir que la mort de Toundé n’est pas la conséquence directe des coups reçus. Il lie cette dernière au fait que les frères germains du défunt, ont renoncé dans un premier temps aux traitements de la médecine moderne et l’ont retiré de l’hôpital pour faire recours à des traitements dans la tradition avant d’aller à nouveau vers la médecine moderne quand la situation s’est empirée.

« Ce dossier n’est que la transposition de la jalousie des femmes d’un polygame sur les enfants », a fait savoir la défense, avant de demander à la Cour, d’abréger la souffrance de son client en ordonnant sa liberté.

Délibérant, la Cour présidée par Rogatien Glagladji a condamné Adjassa Fakèyè à huit (8) de réclusion criminelle.

Placé sous mandat de dépôt depuis le 29 mai 2012, l’accusé recouvre sa liberté dès ce jeudi soir.



ABP/ID/IAABP/ID/IA
Revue de presse

Vers l'opérationnalisation des mesures sociales d’atténuation des effets du Covid-19

29-06-2020
Cotonou, 29 Juin 2020 (ABP)-, L’opérationnalisation des mesures sociales d’atténuation des effets du Covid-19, le respect des mesures barrières  dans les mosquées,  la relance la machine du Parti progressiste...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions