Pour meurtre et coups et blessures volontaires, les frères Wassou et Djobo Yacoubou condamnés

Justice / Pour meurtre et coups et blessures volontaires, les frères Wassou et Djobo Yacoubou condamnés

23-08-2017 à 15:08:19

Parakou, 23 Août (ABP)- Le dernier dossier clôturant la 2ème session 2017 de la cour d’assises de la cour d’appel de Parakou a connu mardi son verdict avec la condamnation à 10 ans de réclusion criminelle et à 06 mois d’emprisonnement ferme, des nommés Soulémane Wassou, Issiaka Wassou et Djobo Yacoubou, pour meurtre et coups et blessures volontaires.

Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 mars 2016, les nommés Mohamadou Abdoulaye, Ikililou, Souaïbou et plusieurs femmes du village Donwari (commune de Kandi) ont accompagné leur sœur jeune mariée chez son époux, dans un quartier voisin de Donwari, comme cela est de coutume en milieu Peulh.

Selon cette coutume, les familles des nouveaux mariés doivent se réjouir ensemble au domicile du garçon à travers une cérémonie. Pour cette raison, les garçons alliés à la mariée se sont rendus dans le quartier du marié.

Aussitôt arrivés, Abdoulaye Djouldé a informé les hôtes qu’un coup se prépare contre eux et les invite à quitter les lieux. Sur ce, ces jeunes sont restés sur pied de guerre attendant leurs agresseurs. Djobo Yacoubou, Issiaka Wassou et d’autres ont fait irruption sur leurs adversaires en leur lançant des pierres et en leur portant des coups, de bâton et de poing.

Au cours de cette bagarre, les nommés Djobo Yacoubou et Issiaka Wassou ont porté des coups et fait des blessures à leurs adversaires précisément, Mohamadou Abdoulaye, Ikiliou Matchou et Souaïbou Aboubakari.

Au même moment, Soulémane Wassou s’est servi d’une hache pour blesser grièvement le nommé Soulémane Djouldé qui a rendu l’âme quelques heures plus tard des suites des blessures lors de son évacuation vers un centre de santé.

Interpellés et inculpés respectivement de coups et blessures volontaires et de coups mortels, Issiaka Wassou et Djobo Yacoubou ont reconnu partiellement les faits tandis que Soulémane Wassou les a reconnus à toutes les étapes de la procédure.

Le Ministère public représenté par Emmanuel Opita a fait observer à la cour que les articles 295, 304 et 311 du code pénal réprimant les faits de coups mortels qu’il a requalifiés en meurtre. L’avocat général a démontré que la volonté de nuire est manifeste et sans ambages. Il conclut que les éléments constitutifs du meurtre se trouvent réunis contre l’accusé Soulémane Wassou. 

S’agissant des coups et blessures portés respectivement par les accusés Issiaka Wassou et Djobo Yacoubou, Emmanuel Opita a également signifié à la cour que l’article 311 du code pénal punit dans le cas d’espèce le crime de coups et blessures mis à la charge des deux (02) accusés.  Il en déduire que l’intention de donner le coup est établi. Il soutient que les trois accusés doivent être soumis à la sanction pénale puis requiert 15 ans de réclusion criminelle à l’encontre de l’accusé Soulémane Wassou et réclament contre les deux (02) autres une peine couvrant la période de leur détention

 Mes Abdon Déguénon, Séverin Maxime Quenum et Sèmiyou-Deen Moustapha, assurant la défense des accusés, ont soulevé devant la cour, les incongruités et les incohérences contenues dans le dossier. Me Sèmiyou-Deen Moustapha a invité la cour à être plus proche des faits car le dossier est émaillé de confusions. 

Selon Me Sèmiyou-Deen, les éléments matériel et moral sont quasi inexistants dans les faits de coups et blessures volontaires reprochés à l’accusé Djobo Yacoubou. Il a plaidé pour la relaxe de son client au principal et au subsidiaire la clémence.

Pour Me Séverin Maxime Quenum, l’accusé Issiaka Wassou était en posture de légitime défense. Il a demandé à la cour en se fondant sur l’article 328 du code pénal, l’acquittement pur et simple de son client et la restitution de la caution pour sa mise en liberté provisoire. Il estime que l’infraction n’est pas constituée.

Plaidant en faveur de l’accusé Soulémane Wassou, Me Abdon Déguenon a fait remarquer à la cour que les documents de la procédure sont tronqués. Pour lui, la volonté de tuer manque dans le dossier. Le sort a voulu infliger un malheur circonstanciel sur son client. Il a plaidé également pour son acquittement pur et simple.

La cour présidée par Hubert Arsène Dadjo déclare les nommés Soulémane Wassou, Issiaka Wassou et Djobo Wassou coupables des faits de crime de meurtre et de coups et blessures volontaires puis les condamne respectivement à 10 ans de réclusion criminelle et à 06 mois d’emprisonnement ferme.  Edouard Ignace Gangny, Richard Limoan, tous assesseurs ont assisté le président. Le secrétariat est assuré par Brice Dossou-Yovo. 


ABP/BKM/AE/DKJ

Le séchage des produits alimentaires au bord des voies : un véritable danger pour la santé humaine

25-06-2019

Par: Boni N'yô SINASSON
Djougou, 05 Juin. 2019 (ABP)-Le séchage des produits alimentaires au bord des voies devient une...
Revue de presse

Le président Talon donne des instructions pour l’ouverture immédiate des cantines scolaires

16-09-2019
Cotonou,  16 Sept. (ABP) – La rentrée scolaire 2019-2020, la sécurité au sein de la Cedeao, la politique, l’économie et plusieurs autres sujets au plan national et international ont été abordés...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions