Abdouramane Abdoulaye, accusé de meurtre, condamné à douze (12) ans de travaux forcés

Abdouramane Abdoulaye, accusé de meurtre, condamné à douze (12) ans de travaux forcés

Par: Jean-Marie NAFONHUNDE
12-05-2018

Cotonou, 11 Mai 2018 (ABP)- La Cour d’Assises de Cotonou a condamné dans la grande salle A d’audience de la Cour d’appel de Cotonou ce vendredi, Abdouramane Abdoulaye, nigérien bouvier âgé de 31 ans, à douze (12) ans de travaux forcés et acquitté purement et simplement au bénéfice du doute Lazare Akouèdégnon, béninois menuisier âgé de 47ans, accusés respectivement de meurtre et de complicité de meurtre sur la personne de Mathias Ada Kpatindé dit Tagba, 26ème  dossier inscrit au rôle provisoire de la première session de la Cour d’assises de l’année 2018.

Il ressort des faits que courant novembre 2011 au quartier Fiyégnon 2 à Cotonou, Mathias Ada Kpatindé dit Tagba aurait été surpris en flagrant délit de vol d’un veau dans le troupeau gardé par Abdouramane Abdoulaye. Il a été pris en chasse par ce dernier qui appela la population au secours.

Ainsi, Abdouramane Abdoulaye a été rejoint par Lazare Akouédégnon et ensemble, ils ont poursuivi Mathias Ada Kpatindé dit Tagba dans un buisson où ils lui ont porté plusieurs coups de machette jusqu’à ce qu’il rende l’âme, avant l’arrivée d’autres personnes alertées par les cris.

 Interpellés et inculpés pour meurtre et complicité de meurtre, Abdouramane Abdoulaye et Lazare Akouédégnon n’ont reconnu les faits ni à l’enquête préliminaire ni devant le juge d’instruction.     

A la barre ce vendredi Abdouramane Abdoulaye et Lazare Akouédégnon n’ont pas reconnu les faits mis à leur charge. Dans leurs déclarations d’aujourd’hui, Abdouramane Abdoulaye a précisé qu’il était victime de vol de neuf (09) de ses bœufs par le passé. Il a déclaré ensuite que le nombre de voleurs venus opérer ce jour était trois (03). Il a dit s’être rendu chez Lazare Akouèdégnon après avoir alerté la population en criant « au voleur ! ». Il a reconnu qu’il portait sur lui un coupe-coupe. Mais il a précisé que son arme blanche était gardée dans son étui et qu’il ne s’en est pas servi. Enfin, il a laissé entendre que Lazare Akouèdégnon et lui se sont rendus dans le buisson où ils ont vu un homme par terre mourant. Mais il a précisé qu’à la découverte de la victime ils n’ont vu personne sur le lieu. Par ailleurs, il a soutenu que Lazare Akouèdégnon a fait le déplacement avec lui sans un moyen de défense. Pour ce dernier, il est question d’une vindicte populaire.

Prenant à son tour la parole à la barre, Lazare Akouèdégnon a confirmé avoir reçu la visite de Abdouramane Abdoulaye  qui portait sur lui une arme blanche contenue dans son étui et que les deux se sont rendus dans le buisson et ont vu un homme effondré contre un arbre. Il a précisé que leur déplacement s’inscrivait dans le contexte d’aller voir la victime comme le faisaient des individus qu’ils n’ont pas eu à rencontrer. Il a ajouté qu’il n’avait sur lui que sa lampe torche en main.

 Au regard des déclarations et des débats, le Ministère publique est parvenu à la conclusion de ses réquisitions a déclaré après démonstrations que seul Abdouramane Abdoulaye est coupable  d’homicide volontaire sur la personne de Mathias Ada Kpatindé dit Tagba. Mr Christian Atayi, représentant le ministère public a par conséquent requis la peine de travaux forcés à perpétuiter contre lui et a demandé à la Cour d’acquitter Lazare Akouèdégnon au bénéfice du doute.

Au lieu d’un acquittement au bénéfice du doute, Me Alexis Déguénon a plutôt demandé l’acquittement purement et simple pour son client en vue de soigner son image auprès de sa famille et de la société.

Quant à Me  Maxime Codo, avocat de l’accusé Abdouramane Abdoulaye, il a plaidé non coupable pour son client puisqu’il y a du doute quant à la culpabilité de son client. Il a demandé à la Cour d’acquitté aussi Abdouramane Abdoulaye.

La Cour rendant le verdict a déclaré Lazare Akouèdégnon non coupable de l’infraction de complicité de meurtre et l’a acquitté purement et simplement au bénéfice du doute et a ordonné sa libération dès ce soir même. Quant au cas de Abdouramane Abdoulaye, la Cour l’a déclaré coupable du crime d’homicide volontaire et l’a condamné à  douze  (12) ans de travaux forcés.

Ce dernier retourne en prison pour purger ses peines pendant au moins cinq (05) ans. A noter que les accusés sont en détention préventive depuis le 24 novembre 2011.                                 

La Cour est composé du Président, Marie A. Soudé- Godonou, des assesseurs Freddy Yèhouénou et Richard Paul Adéola da-Matha. Mr Christian Atayi a représenté le Ministère public. Me Bernard Zinhomèdé a tenu la plume.


Le séchage des produits alimentaires au bord des voies : un véritable danger pour la santé humaine

25-06-2019

Par: Boni N'yô SINASSON
Djougou, 05 Juin. 2019 (ABP)-Le séchage des produits alimentaires au bord des voies devient une...
Revue de presse

Le président Talon donne des instructions pour l’ouverture immédiate des cantines scolaires

16-09-2019
Cotonou,  16 Sept. (ABP) – La rentrée scolaire 2019-2020, la sécurité au sein de la Cedeao, la politique, l’économie et plusieurs autres sujets au plan national et international ont été abordés...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions