Carlos Kinsy et Hamobi Mora, jugés par défaut et condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité

Carlos Kinsy et Hamobi Mora, jugés par défaut et condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité

Par: Jean-Marie NAFONHUNDE
15-05-2019

Cotonou, 14 Mai. 2019 (ABP) – Le tribunal de première instance de première classe de Cotonou statuant en matière criminelle, a jugé par défaut dans sa salle G d’audience ce mardi les sieurs Carlos Kinsy et Hamobi Mora respectivement de nationalité ghanéenne et nigériane, tous majeurs et bénéficiant d’une liberté provisoire, absents à la barre et par conséquent, condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis le crime de vol à mains armées dans plusieurs quartiers de la ville de Cotonou dont celui du 21 août 2010 au quartier Joncquet.

Selon les faits, peu après-midi du dimanche 21 août 2010 au quartier Joncquet, Adébola Moutiou, cambiste, est mis en respect par deux individus armés de pistolets. Ils lui ont arraché la somme de huit cent mille, se sont emparés de sa motocyclette de marque Dayang et ont dérobé vingt téléphones portables exposés dans la boutique de son voisin Moussilou Yèkini avant de prendre la fuite. Poursuivis par la population, les deux individus les nommés Hamobi Mora et carlos Kinsy respectivement de nationalité nigériane et ghanéenne ont été interpellés au quartier Sainte Cécile. Ils se déplaçaient avec la motocyclette volée et avaient sur eux quinze téléphones portables. Sauvés de la vindicte populaire par la police, ils ont fait l’objet d’une enquête préliminaire au cours de laquelle les plaintes et les témoignages à charges se sont accumulées contre eux. Après avoir reconnu les faits, aussi bien à l’enquête préliminaire qu’a l’interrogatoire de première comparution, Hamobi Mora et Carlos Kinsy sont revenus sur leurs aveux devant le magistrat instructeur.

Le tribunal de première instance de première classe de Cotonou statuant en matière criminelle, a constaté l’absence à sa barre des deux accusés. Selon les raisons avancées par Mario Mètonou, représentant le ministère public, les accusés avaient bénéficié d’une liberté provisoire le 18 juillet 2014. Malgré les diligences faites par la justice, ces derniers sont restés introuvables. Par conséquent, comme conduite à tenir en de pareille situation, le ministère public a demandé au tribunal de les juger par défaut et de les condamner conformément aux dispositifs de la loi pénale en rapport avec leur infraction.

Ce que le TPI de Cotonou a fait en les déclarant coupables du crime de vol à mains armées perpétré dans plusieurs quartiers de Cotonou dont celui du 21 août 2010 au quartier Joncquet et les a condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité. Aussi, le TPI de Cotonou a décerné un mandat d’arrêt contre les mis en cause.

Les conseils, maîtres Narcisse Ayobélé et Gracia Adjagba Amoussou, respectivement des accusés Carlos Kinsy et Hamobi Mora, n’ont pas pu plaider à cause de l’absence de leurs clients.

Soulignons que les accusés ont été mis en détention provisoire le 23 novembre 2010.

Le président Arnaud Toffoun, les assesseurs David Anani Islamiath Moustapha, Clotaire Jules Zounho, Cyprien Tchibozo, et le greffier ayant tenu la plume, Me Abdoul Fousseni, forment la composition du TPI ayant statué sur le sort des accusés.


ABP/JMN/CG


Le séchage des produits alimentaires au bord des voies : un véritable danger pour la santé humaine

25-06-2019

Par: Boni N'yô SINASSON
Djougou, 05 Juin. 2019 (ABP)-Le séchage des produits alimentaires au bord des voies devient une...
Revue de presse

Le président Patrice Talon rencontre ce jour la classe politique pour une sortie de crise

15-07-2019
Cotonou, 15 Juil. 2019 (ABP)-La reprise du dialogue politique, l’économie, la sécurité et autres sujets d’actualité ont fait la Une des journaux parus ce lundi.« Dialogue politique pour la paix et l’unité...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions