Coupable de viol Michaël Marius Gangbo condamné à 36 mois d’emprisonnement ferme

Coupable de viol Michaël Marius Gangbo condamné à 36 mois d’emprisonnement ferme

Par: Jean-Marie NAFONHUNDE
17-05-2019

Cotonou, 16 Mai. 2019 (ABP) – Le tribunal de première instance de première classe de Cotonou statuant en matière criminelle, a condamné dans sa salle G d’audience ce jeudi, Michaël Marius Gangbo, âgé de 22 ans au moment des faits, apprentis mécanicien, de nationalité Béninoise, à trente-six (36) mois d’emprisonnement ferme, pour avoir violé une mineure de moins de 16 ans.

Selon les faits, la jeune fille mineure X âgée d’environ quatorze (14) ans, vit chez sa tutrice H. A. à Sikècodji où elles mènent des activités commerciales non loin du garage mécanique où exerce le nommé Michaël Marius Gangbo. Dans la nuit du samedi 17 décembre 2016 vers 22 heures, alors que sa tutrice lui avait commandé des médicaments au bord de la voie, à environ 50 mètres du domicile, la jeune fille X a mis du temps pour ne retourner à la maison qu’aux environs de minuit. Suite aux réprimandes à elle faites par sa tutrice, la jeune fille X a finalement avoué s’être rendue au domicile de Michaël Marius Gangbo où ce dernier l’a contrainte à des rapports sexuels. Interpellé puis inculpé de viol sur mineur de moins de seize (16) ans, Michaël Marius Gangbo a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure.

Aujourd’hui à la barre, l’accusé a reconnu une fois encore les faits. Il a précisé que c’est deux (02) fois qu’il a eu de rapport sexuel avec la jeune fille et qu’il ne l’a pas forcée. Contrairement à la jeune fille qui a soutenu que l’accusé a entretenu de rapports avec elle six (06) fois. La fille n’a pas voulu lui préciser son âge a-t-il ajouté. « Toutes les fois que nous avons entretenu de rapports sexuels, je ne lui ai pas donnée à manger mais il m’est arrivé de lui donner cinq cents (500) FCFA. Elle-même est venue sur invitation après que je lui ai faite ma déclaration d’amour. Je l’aime et je veux l’avoir comme épouse » a-t-il précisé. L’affaire, poursuit l’accusé a éclaté et j’ai été mis en prison suite aux investigations de sa tutrice alors que la jeune fille envoyée pour acheter du médicament une nuit n’est pas vite rentrée. « Aujourd’hui, je continue de l’aimer et veut l’épouser si ses parents y consentent. Et ce que je regrette c’est mon apprentissage qui est interrompu. Je demande la clémence du TPI a-t-il déclaré.

La déposition de la jeune fille victime fait état de ce qu’elle était allée chez l’accusé grâce à une camarade qui a joué le rôle d’intermédiaire. Elle a ajouté que la camarade était plus jeune qu’elle. La victime a avoué en outre que les autres descentes au domicile de Michaël Marius Gangbo ont été faites sans l’accompagnement de sa camarade mais pour la plupart sur invitation de l’accusé. Le premier acte sexuel m’a fait mal. « J’ai saigné mais une fois arrivée à la maison je me suis rendue à la douche et ai fait ma toilette, a-t-elle expliqué au TPI ». A nos différentes rencontres d’amour, Michaël Marius Gangbo ne m’a jamais offerte à manger mais j’ai eu de lui une somme de 500FCFA lors d’une situation, a-t-elle précisé au TPI tout en donnant le détail. Et pour les autres rapports sexuels je n’ai plus senti de douleurs. C’est avec lui que j’ai eu mon premier rapport sexuel. C’est sous la pression et menace de ma tutrice que je l’ai dénoncé, a-t-elle conclu.

La tutrice s’est constituée partie civile et a déclaré qu’elle a dépensé la somme de cent cinquante mille (150.000) FCFA pour les soins administrés à la victime. Maître R. Amoussouvi a ramené ce montant à la somme de un (01) million (1.000.000) FCFA pour tout le préjudice causé après avoir démontré que l’accusé n’a pas vraiment prouvé son amour pour la jeune fille comme il déclarait aimer et vouloir épouser. Quand un homme aime une femme, il la protège. Ce que l’accusé n’a pas fait, a-t-il justifié avant de s’en remettre à la sagesse du ministère public qui donnera une sanction exemplaire à l’accusé au moment de la délibération pour décourager à jamais tout homme qui tentera de s’aventurer à commettre le viol.

A noter que le bulletin n°1 du casier judiciaire de l’accusé est vierge. L’enquête de moralité lui est favorable. Le médecin légiste a déclaré l’accusé accessible à la sanction pénale. Le certificat médical de la victime porte mention d’une défloraison ancienne.

Antoine J. Abévi, prenant la parole pour sa réquisition, a ressorti les éléments constitutifs du crime de viol sur mineure de moins de 16 ans puis a démontré qu’ils sont réunis et enfin demandé au TPI de retenir l’accusé dans les liens de viol sur mineure de moins de 16 ans sans le consentement de cette dernière et de condamner l‘accusé à la peine de dix (10) ans de réclusion criminelle. Sur les intérêts civils, le ministère public a accédé à la demande de l’avocat de la partie civile à savoir lui payer la somme de un (01) million (1.000.000) FCFA. Il a invité le TPI à condamner l’accusé à payer cette somme.

Le conseil de l’accusé, Me Gracia Adjagba Anoussou, défendant l’accusé, a invité le TPI à faire preuve de sérénité pour rendre une bonne justice. Je reconnais que mon client a abusé de l’ignorance de la jeune fille X pour commettre son forfait. On ne peut pas soutenir qu’elle n’a pas donné son consentement aux actes sexuels qu’elle a subis. Dans le procès verbal la victime a dit qu’elle a connu le rapport sexuel depuis le Nigéria. Donc l’infraction n’est pas constituée à l’égard de l’accusé, a-t-elle dit. Par conséquent, Me Gracia Adjagba Anoussou a demandé au principal que le TPI l’acquitte au bénéfice du doute. Et au subsidiaire qu’il le condamne au temps déjà passé en détention provisoire. Quant à ses observations sur les intérêts civils, elle a déclaré au président de la composition du TPI de l’audience qu’elle se prononcera après le verdict du procès pénal.

S’agissant du verdict, le TPI a déclaré que Michaël Marius Gangbo est coupable d’avoir commis à Cotonou en 2016 un acte de pénétration sur la mineure X âgée de moins de 16 ans sans son consentement et l’a condamné à trente-six (36) mois d’emprisonnement ferme. Se prononçant sur les intérêts civils, le TPI a ramené le montant à payer à la partie civile à la somme de cent mille (100.000) FCFA et condamné l’accusé à payer ce montant à l’ayant droit.

Mis en détention provisoire le 23 décembre 2016, Michaël Marius Gangbo, retourne en prison pour une demi-douzaine de mois au moins.

Le président de la composition du TPI de Cotonou ayant statué sur le sort de l’accusé est Clotaire Zounho. Les assesseurs sont Mrs David Anani, Cosme Ahoyo, Aubert Kodjo, Valentin Kpako. Mr Antoine J. Abévi, a représenté le ministère public.


ABP/JMN/CG


Revue de presse

La Banque islamique de développement soutient le gouvernement du Bénin dans le projet de construction de logements sociaux

21-10-2019
Cotonou, 21 Oct. (ABP) – Société, développement, éducation, politique, sport et autres faits d’actualités aussi bien au plan national qu’international ont fait l’objet de traitement par les journaux...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions