Cour d'assises: Adam Idrissou écope de cinq (05) ans de réclusion criminelle pour coups et blessures

Cour d'assises: Adam Idrissou écope de cinq (05) ans de réclusion criminelle pour coups et blessures

Par: Jean-Marie NAFONHUNDE
24-04-2018

Cotonou, 24 Avr. (ABP)- La cour d’assises de Cotonou a prononcé lundi, contre le sieur Adam Idrissou, âgé de trente-trois (33) ans, une peine de cinq (05) ans de réclusion criminelle pour avoir porté au cours d’un conflit entre bouviers, des coups et fait des blessures ayant entraîné une infirmité permanente aux frères Augustin Koukoï et Marcellin Koukoï, cités comme victimes dans le quinzième (15ème) dossier inscrit au rôle de la première session des assises de l’année 2018.

Les faits remontent au 06 décembre 2013 dans la commune de Kétou où Adam Idrissou, de nationalité béninoise, bouvier à Adakplamey et son neveu Alidou Mamadou ont conduit au pâturage des bœufs qui sont rentrés dans le champ de maïs d’Augustin Koukoï. S’étant rendus compte que le propriétaire du champ les a aperçus, les deux (02) bouviers, Adam Idrissou et son neveu Alidou Mamadou ont pris la fuite.

Mais le petit neveu, Alidou Mamadou a été rattrapé et conduit dans la maison Koukoï. Le père d’Augustin Koukoï l’ayant identifié comme l’enfant d’un voisin a ordonné à son fils Augustin Koukoï de l’emmener à ses parents. Augustin Koukoï s’est mis alors en route avec son frère aîné Marcellin Koukoï sans pouvoir atteindre la destination. En effet, Adam Idrissou a surgi de la brousse et a porté de violents coups de coupe-coupe à l’avant-bras droit et au pied gauche d’Augustin Koukoï qui était devant avant de s’en prendre à Marcellin Koukoï en lui assénant des coups à l’avant-bras gauche et à l’épaule gauche avec la même arme et de s’enfuir. Il en serait résulté pour chacune des victimes la perte de l’usage d’un bras. Ainsi, Adam Idrissou est interpellé et inculpé de coups et blessures volontaires ayant entrainé une infirmité permanente.       

Présenté ce lundi à la cour, l’accusé Adam Idrissou a reconnu les faits et déclaré avoir agi sous l’effet d’un mauvais esprit qu’il a appelé « satan ».

« Toutes les fois que les bêtes semaient des dégâts par le passé dans les champs de la famille Koukoï, nos deux familles résolvaient les problèmes à l’amiable et nous payions les dommages », a-t-il soutenu avant de signifier qu’il n’est pas capable d’expliquer à la cour les circonstances du drame. « Nous entretenions avec la famille Koukoï des relations de bon voisinage. Je leur offrais des fromages et eux ils nous donnaient du maïs frais », témoigne l’accusé demandant pardon pour son acte.

L’enquête de moralité est favorable à l’accusé. Il n’a jamais été condamné. Le rapport d’expertise-médico psychiatrique et psychologique révèle que l’accusé disposait de toutes ses facultés mentales au moment des faits et par conséquent est accessible à la peine pénale.           

Le juge Mario Mètonou, représentant le ministère public, a au début de son réquisitoire rappelé que les conflits entre agriculteurs et bouviers sont fréquents avec des conséquences comme le cas renvoyé à la cour. Il a ensuite démontré que les éléments constitutifs de l’infraction de coups et blessures ayant entraîné une infirmité permanente sont réunis. La légitime défense ne peut justifier le crime de coups et blessures et ses conséquences. Il a demandé à la cour de le déclarer coupable d’avoir volontairement porté des coups et fait des blessures ayant entraîné une infirmité permanente aux deux frères Augustin Koukoï et Marcellin Koukoï et de le condamner à dix (10) ans de réclusion criminelle.

Me Renée Ayi de la défense a plaidé coupable. Elle a demandé à la cour de prendre en compte la déclaration de l’accusé selon laquelle il s’est déclaré incapable d’expliquer les circonstances du drame et attribue le crime à l’œuvre de « satan ». Elle a aussi attiré l’attention de la cour sur le fait que la famille de l’accusé a bel et bien participé aux dépenses liées aux soins des victimes à hauteur de quatre cents (400.000) mille francs CFA et l’implication personnelle du père des victimes en faveur de l’accusé en amenant la population à éviter la vindicte populaire au moment des faits.

La défense pense sur la base de ces éléments, qu’il lui soit fait une douce application de la loi afin de lui accorder la chance de participer au développement du Bénin en augmentant le PIB de par son activité de bouvier.     

La cour, prononçant le verdict, a déclaré Adam Idrissou coupable d’avoir porté des coups et fait des blessures ayant entraîné une infirmité permanente aux deux frères Augustin Koukoï et Marcellin Koukooï et l’a condamné à cinq (05) ans de réclusion criminelle.  

L’accusé incarcéré depuis le 13 décembre 2013, sera liberté en décembre prochain.

La cour est composée du Président, Georges Toumatou, des assesseurs Freddy Yèhouénou et Razack Bello. Mario Mètonou a représenté le ministère public et Me Désiré Sèmèvo a tenu la plume.


Le séchage des produits alimentaires au bord des voies : un véritable danger pour la santé humaine

25-06-2019

Par: Boni N'yô SINASSON
Djougou, 05 Juin. 2019 (ABP)-Le séchage des produits alimentaires au bord des voies devient une...
Revue de presse

Le président Talon donne des instructions pour l’ouverture immédiate des cantines scolaires

16-09-2019
Cotonou,  16 Sept. (ABP) – La rentrée scolaire 2019-2020, la sécurité au sein de la Cedeao, la politique, l’économie et plusieurs autres sujets au plan national et international ont été abordés...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions