Cour d'assises: Coupable de coups mortels, Cyprien Houngbo écope de cinq (05) ans de réclusion criminelle

Cour d'assises: Coupable de coups mortels, Cyprien Houngbo écope de cinq (05) ans de réclusion criminelle

Par: Jean-Marie NAFONHUNDE
20-04-2018

Cotonou, 19 Avr. (ABP)- Le sieur Cyprien Houngbo, cultivateur d’ananas dans la commune de Zè et accusé dans le 13ème dossier inscrit au rôle de la première session 2018 de la cour d’assises de Cotonou, a écopé d’une peine d’emprisonnement de cinq ans pour avoir porté des coups mortels sur Nounassou Padonou, il y a environ cinq ans.

Âgé alors de 20 ans et père d’un (01) enfant, Cyprien Houngbo a quitté, le mardi 02 avril 2013 aux environs de 20 heures son village Kpatchamè pour se rendre à vélo à Adohounsa, un village voisin dans la commune de Zè pour remettre de l’argent à ceux qui ont effectué des travaux champêtres.

C’est ainsi que Nounassou Padonou l’a interpellé et lui a demandé la raison pour laquelle, il traverse leur village à cette heure-ci. En réponse, il lui demanda si l’Etat a interdit de circuler la nuit. Cette réponse vexa Nounassou Padonou qui a tiré une flèche dans le bras et a blessé avec un coupe-coupe Cyprien Houngbo. Ce dernier ainsi blessé, a pris sa machette et lui a porté des coups violents occasionnant des blessures jusqu’à ce que, mort s’en suivie.

Interpellé et inculpé de coups mortels, le sieur Cyprien Houngbo a reconnu les faits mis à sa charge tant au cours de l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur. Le bulletin n° 1 du casier judiciaire de l’accusé ne porte mention d’aucune condamnation antérieure. L’examen médico-psychiatrique et psychologique de Cyprien Houngbo révèle qu’il était en possession de ses facultés mentales psychiques au moment des faits.

A la barre ce jeudi, l’accusé Cyprien Houngbo a reconnu les faits de coups mortels volontaires qui sont mis à sa charge. Il a précisé qu’il a porté deux coups de machette à la victime Nounassou Padonou sans pouvoir indiquer à la cour les parties du corps qui ont reçu les coups. Il a déclaré qu’il se sentait en danger et que sa vie était menacée au regard des coups de flèche et de coupe-coupe qu’il recevait de Nounassou Padonou. Il a aussi ajouté que la victime lui a asséné le cinquième et dernier coup de coupe-coupe dans le dos au moment où il retirait sa machette attachée à son vélo pour se défendre à son tour.

« Je ne peux vous indiquer exactement le lieu du crime. Je ne le connaissais pas et il n’y avait aucun différend entre lui et moi », a déclaré l’accusé au cours de l’instruction à la barre.

Constitués partie civile, les frères de la victime, Agossou Padonou et Célestine Cakpo font remarquer que l’accusé a eu le temps de s’en fuir après avoir commis le crime.

L’avocat général, Emmanuel Opita, dans son réquisitoire soutient que l’accusé a volontairement porté les coups sur la victime. Se fondant sur une déclaration de l’accusé versée au procès-verbal « je l’ai charcuté à mort », l’avocat général dit que le sieur Cyprien Houngbo n’a pas agi dans la légitime défense. A cet effet, il demande à la cour de retenir l’accusé dans les liens du chef d’accusation de coups mortels en considérant qu’il a volontairement porté les coups et faits des blessures qui ont entraîné le décès de Nounassou Padonou sans pourtant avoir l’intention de lui donner la mort et de le condamner à sept (07) ans de travaux forcés.

Assurant la défense, Me Nicolin Assogba plaide l’acquittement de son client. Dans sa plaidoirie, il fait observer qu’il y a bel et bien la légitime défense au regard des rapports de force et des moyens utilisés pour l’attaque.

« La victime était âgée de 30 ans alors que l’accusé avait 19 ans au moment des faits. La victime a utilisé une flèche et un coupe-coupe tandis que l’accusé ne s’est servi que de machette. La victime a porté cinq coups de flèche et de coupe-coupe à l’accusé alors qu’elle a reçu deux coups de machette de l’accusé », argumente la défense qui martèle que les trois (03) conditions de la légitime défense sont réunies dans le cas d’espèce à savoir l’attaque injustifié de Nounassou Padonou, la riposte immédiate de l’accusé Cyprien Houngbo et le rapport de proportionnalité entre les moyens utilisés et les coups portés.

A l’issue des débats, la cour déclare Cyprien Houngbo, coupable d’avoir porté des coups et fait des blessures ayant entraîné le décès de Nounassou Padonou, sans avoir l’intention de lui donner la mort et l’a condamné à la peine de cinq (05) de réclusion criminelle.      

L’accusé incarcéré depuis le 15 avril 2013, recouvre sa liberté parce qu’il a déjà passé le temps de sa condamnation cinq (05) ans de réclusion criminelle, en détention préventive.

La cour était présidée par Hubert Arsène Dadjo et assistés par Marie Soudé-Godonou et Christophe Atinmakan. Me Christophe Chéou a tenu la plume.


Le séchage des produits alimentaires au bord des voies : un véritable danger pour la santé humaine

25-06-2019

Par: Boni N'yô SINASSON
Djougou, 05 Juin. 2019 (ABP)-Le séchage des produits alimentaires au bord des voies devient une...
Revue de presse

Le président Talon donne des instructions pour l’ouverture immédiate des cantines scolaires

16-09-2019
Cotonou,  16 Sept. (ABP) – La rentrée scolaire 2019-2020, la sécurité au sein de la Cedeao, la politique, l’économie et plusieurs autres sujets au plan national et international ont été abordés...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions