Gildas Zinsou condamné à 12 ans de travaux forcés pour association de malfaiteurs

Gildas Zinsou condamné à 12 ans de travaux forcés pour association de malfaiteurs

Par: Médard BOKO
30-07-2018

Cotonou, 27 juillet 2018 (ABP)- La Cour d’Assises de Cotonou, a condamné Gildas Zinsou, le seul des accusés présent à la barre (âgé de quarante-deux ans, vendeur d’essence et conducteur de taxi-moto, de nationalité béninoise) à douze ans de travaux forcés dans le dixième dossier inscrit au rôle provisoire de la session supplémentaire de 2018.

Au début du procès, la Cour a constaté la présence du seul Gildas Zinsou. Ses deux coaccusés, à savoir, Abdoul Karim Alafia et Augustin Yaovi Akakpovi sont absents à la barre. Le Ministère public a révélé à la Cour qu’ayant bénéficié d’une liberté provisoire, ils sont restés introuvables après toutes les diligences faites. Les pièces comme l’enquête de moralité et le rapport d’expertise médico psychologique et psychiatrique n’étant pas réalisées, la Cour a renvoyé à une session ultérieure leur procès pour une bonne administration de la justice.

Après cette étape, le procès de Gildas Zinsou a connu son cours normal jusqu’à sa condamnation à douze ans de travaux forcés. Il a été déclaré coupable d’avoir formé une bande d’association de malfaiteurs avec Abdoul Karim Alafia et Augustin Yaovi Akakpovi, et d’avoir dans les mêmes circonstances volé à mains armées le véhicule 4X4 de marque Toyota Prado de Wilfried Kintonouza (directeur général de BELL Bénin) tout en tentant de commettre sur ce dernier un homicide volontaire ayant connu un début d’exécution, à son domicile sis au lot n°1165 à Cadjèhoun, le mercredi 28 septembre 2005 aux environs de 23 heures.

Il ressort des faits que le véhicule a été pris en filature par une motocyclette de type CG 125 de marque KASEA, conduite par une personne qui a remorqué deux autres. Parmi ces trois personnes deux étaient habillées en tenue treillis. Wilfried Kintonouza, à bord de son véhicule, une fois arrivé à son domicile, le gardien lui a ouvert le portail pour qu’il fasse entrer le véhicule et le garer. Il était encore à la manœuvre quand les occupants de la motocyclette, les nommés Gildas Zinsou, Abdoul Karim Alafia et Augustin Yaovi Akakpovi ont fait irruption sur les lieux, tous les trois munis d’armes à feu. Gildas Zinsou et Abdoul Karim Alafia ont pénétré dans le garage tandis que Augustin Yaovi Akakpovi est resté sur la motocyclette assurant leurs arrières. Les deux ayant pénétré dans la maison ont fait usage de leurs armes à feu, tenu en respect le gardien puis se sont précipités sur Wilfried Kintonouza encore assis au volant de son véhicule. Ils ont ouvert la portière et lui ont réclamé avec violence la clé de la voiture. Face au refus de Wilfried Kintonouza de remettre la clé, ils ont tiré sur lui plusieurs coups de feu avant de s’emparer du véhicule. En réaction à cette attaque, le gardien a lancé un gros caillou qui a atteint au bras celui qui est resté sur la motocyclette. Ce qui l’a contraint à abandonner la motocyclette sur les lieux pour rejoindre ses acolytes déjà à bord de la voiture. La fouille du sac accroché à la motocyclette a permis d’avoir des éléments qui ont d’abord permis d’aboutir à l’interpellation de Gildas Zinsou et des deux autres, par la suite. Poursuivi pour association de malfaiteurs, de vol à mains armées et de tentative de meurtre, Gildas Zinsou a reconnu les faits à l’enquête préliminaire, à l’interrogatoire de première comparution avant de se rétracter à l’interrogatoire au fond.

Aujourd’hui, devant la Cour, il a reconnu qu’il était parmi les voleurs de la voiture du directeur général de BELL Bénin, Wilfried Kintonouza, ce jour-là. Il a ensuite précisé qu’il ne portait pas d’arme sur lui au point d’en faire usage. Il a ajouté qu’il a entendu au cours de l’opération des coups de feu et précisé qu’ils ont réussi à emporter le véhicule. Il a expliqué qu’ils ne constituent pas une bande d’association de malfaiteurs. Il a aussi déclaré qu’il lui a été remis cinq mille (5000) F CFA lors de leur séparation à Ouidah après le braquage. Aussi, a-t-il dit que l’opération de vol a été faite la nuit. Il a révélé qu’il avait besoin de trois cents mille (300.000) F CFA pour faire face aux frais de césarienne de sa femme admise à l’hôpital de Zopah à Abomey- Calavi.

Retenons qu’Emmanuel Opita, représentant le Ministère public, prenant ses réquisitions, a démontré que l’accusé est coupable des infractions d’association de malfaiteurs, de crime de vol de voiture et d’homicide volontaire ayant connu son commencement. Prenant en compte d’autres détails, il a demandé à la Cour de le retenir dans les liens de l’accusation et de le condamner à vingt ans de travaux forcés.

Maître Friggens Ajavon a plaidé coupable et la clémence de la Cour. Il a demandé à la Cour de requalifier les infractions en « vol à mains armées ». Il l’a aussi invité à tenir compte de la personnalité et de la misère de l’accusé pour ramer la peine indiquée par le Ministère public au temps que l’accusé a déjà passé en prison.

La Cour est allée dans le sens de la défense en condamnant Gildas Zinsou à douze ans de travaux forcés.

L’accusé en prison depuis le 04 octobre 2005, a déjà purgé la durée de la peine requise en son encontre. Il est déclaré qu’il se trouve dès lors libéré et qu’il ne lui reste qu’à remplir les formalités d’usage pour sortir de prison.

La cour a été présidée par Mme Guezo-Noutaïs Eliane. Les assesseurs sont Chabi Mouka Jules et Dah-Sekpo Zacharie. Emmanuel Opita a représenté le Ministère public. Et c’est Me Louis Houngbo qui a tenu la plume.

 ABP/JMN/JFH


Le séchage des produits alimentaires au bord des voies : un véritable danger pour la santé humaine

25-06-2019

Par: Boni N'yô SINASSON
Djougou, 05 Juin. 2019 (ABP)-Le séchage des produits alimentaires au bord des voies devient une...
Revue de presse

Le président Talon donne des instructions pour l’ouverture immédiate des cantines scolaires

16-09-2019
Cotonou,  16 Sept. (ABP) – La rentrée scolaire 2019-2020, la sécurité au sein de la Cedeao, la politique, l’économie et plusieurs autres sujets au plan national et international ont été abordés...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions