Sonagnon Vodounnou condamné à 7 ans de travaux  forcés pour viol sur mineure

Sonagnon Vodounnou condamné à 7 ans de travaux forcés pour viol sur mineure

Par: Isidore ATINDEYETIN
20-06-2018

Abomey, 20 Juin (ABP)– La cour d’assises d’Abomey a connu mardi à son  25 dossier 25ème dossier inscrit au rôle de sa 1ère session  de l’année, la comparution du nommé Sonagnon Vodounnou, accusé de viol sur la  fillette A. L. âgée de 11 ans au moment des faits.

Le récit des faits de ce 25ème dossier inscrit au rôle de  la cour, renseigne que c’est dans la matinée du lundi 21 novembre 2011, à  Odougba dans la commune de Ouèssè, alors que la nommée A.L, âgée de 11 ans se  mettait à l’aise dans une plantation d’anacardier, non loin de sa maison  familiale, Vodounnou Sonagnon se serait jeté sur elle.

Après avoir bâillonné la fillette, Sonagnon l’aurait contrainte à des  relations sexuelles.

Interpellé, Sonagnon Vodounnou aurait reconnu les faits à toutes les étapes  de la procédure; son bulletin n°1 du casier judiciaire ne porte mention  d’aucune condamnation. L’enquête de moralité lui est favorable et il n’était  pas en état de démence au moment de l’action.

Ce mardi à la barre, l’accusé a reconnu les faits et a décrit dans les  détails près le forfait dont il est l’auteur, jurant de ne plus jamais commettre un tel acte. 

Retraçant la procédure du crime de viol tel que mentionnée dans les pièces  parvenues à la cour, l’avocat général a établi que l’accusé est responsable des  faits punis par l’article 232 du code pénal, requérant la peine de 8 ans de  travaux forcés, contre le sieur Vodounnou Sonagnon.

Me Victorien O. Fadé a reconnu dans sa plaidoirie la culpabilité de son  client, mais a déploré le fait que les examens psychologiques n’ont pas été  réalisés à temps, pour permette de déceler véritablement l’état dans lequel se  trouvait l’accusé au moment de l’action.

Il a cependant plaidé coupable et exhorté à un court séjour de son client pour lui permettre de bâtir un avenir radieux, en harmonie avec le nom  « Sonangnon », dont il est porteur.

Au procès civil, Me Théodore Zinflou, assurant les  intérêts des parents de la victime qui se sont constitués partie civile, a  réclamé la somme de 1 million de F CFA à titre de dommage et intérêt des  préjudices subis par la victime.

La cour délibérant, a déclarée Sonagnon Vodounnou, coupable de crime de  viol, le condamnant a 7 ans de travaux forcés, et à payer une somme de 500  mille F CFA pour réparation des dommages et préjudices subis par la victime.

L’accusé ayant déjà passé plus de 06 ans en détention (mis en détention le  30 novembre 2011), sera libre de ses mouvements dès le mois de novembre  prochain.

 La cour est présidée par le magistrat Claude Montcho, et a pour assesseurs,  Armand Gounon et Alphonse Gbossou. Mr Blaise Kissèzounon a représenté le  ministère public et Me Etienne Ahonahin, le greffier de la séance.


Revue de presse

Le Bénin salué à l'international pour l'amélioration de ses performances économiques

05-02-2020
Cotonou, 05 Fév. 2020 (ABP) - Les performances économiques réalisées par le Bénin, l’adoption d’un nouveau code d’électricité, la politiques avec les communales du 17 mai, sont entre autres...
Agro-business
Opinion

Prof. Albert Tévoédjrè: Un ami fidèle de l’ABP (Par Joseph Vodounon Djodo)

07-11-2019

Par: Prof. Albert TEVOEDJRE
La bio-bibliographie de l’homme est si vaste et riche qu’on peut en oublier des éléments pourtant importants. Il est des hommes...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions