Brazzaville : Les agences de presse ont un rôle central dans la reconquête de la souveraineté de l’information (M. Hachimi Idris

Brazzaville : Les agences de presse ont un rôle central dans la reconquête de la souveraineté de l’information (M. Hachimi Idris

22-11-2018

Rabat, 21/11/2018 (MAP)- Les agences de presse ont un rôle central à jouer dans la reconquête de la souveraineté de l’information. La vitesse de l’information s’est accélérée en raison du développement des moyens technologiques, a affirmé, mardi à Brazzaville, M. Khalil Hachimi Idrissi, président de la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA), Directeur Général de la MAP.

L’information est devenue une denrée très disponible et très rare en même temps dans la mesure où une fois sur deux ou sur trois l’information est fausse, a souligné M. Hachimi Idrissi lors d’une conférence sur « Les agences de presse et le développement multisectoriel des Etats », tenue à l’occasion de la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA.

L’information échappe à la souveraineté de l’état du fait de l’instantanéité, de l’accélération de la vitesse de sa diffusion en raison du développement des moyens technologiques, a-t-il ajouté, notant que les fausses informations ont désormais plus de succès que les informations de qualité et font plus de revenus sur le net.

« On reçoit les commentaires, les analyses des autres sur notre vie politique sociale ou culturelle. Nous recevons un accompagnement, parfois orienté, de notre activité économique de chez les autres sans aucune autre forme de procès », a-t-il dit.

Les professionnels des informations se sont retrouvés ainsi un peu décalés jusqu’à ce que les excès tuent cette démarche du fait de fake news, a précisé M. Hachimi Idrissi, notant que les gens se sont retournés vers les agences de presse en disant qu’avec les agences de presse « nous avons des informations vérifiées, recoupées et sérieuses ».

Pour le président de la FAAPA, ce retournement est une bonne nouvelle étant donné qu »il y a vraiment aujourd’hui un moyen de reconquérir l’espace de l’information de qualité en donnant la place naturelle que doit avoir une agence de presse dans son environnement ».

Les agences de presse sont des structures professionnelles qui ont une charte déontologique et des réseaux et qui peuvent contribuer efficacement à la reconquête de la souveraineté nationale en matière d’information, a fait remarquer M. Hachimi Idrissi, appelant les pouvoirs publics à accompagner les agences de presse et à leur donner les moyens budgétaires pour pouvoir développer leurs activités et former leurs ressources humaines.

Par ailleurs, M. Hachimi Idrissi a rappelé à cette occasion la place qu’occupe aujourd’hui la FAAPA dans le paysage médiatique africain, voire international, qui n’a cessé de se consolider, d’année en année, depuis sa création le 14 octobre 2014 à Casablanca, notant que ce groupement professionnel poursuit ses multiples activités et actions dans un intense processus de développement et d’innovation.

La FAAPA vise à instaurer un partenariat stratégique entre les agences de presse de la région et leurs Etats dans un cadre formel de concertation et d’action leur permettant d’échanger leurs expériences et de coordonner leurs activités dans les différents domaines professionnels, en vue de faire face aux profondes mutations qui s’opèrent aujourd’hui dans le monde des médias et promouvoir, dans le cadre d’une nouvelle dynamique, la coopération et la cohésion entre les pays de la région, a-t-il tenu à souligner.

Pour sa part, le ministre congolais de l’enseignement supérieur, M. Bruno Jean Richard Itoua a relevé qu’à l’heure de la mondialisation, les agences de presse doivent s’arrimer aux TIC pour jouer pleinement leur rôle primordial de pourvoyeur de l’information, notant que « ne pas prendre conscience de l’impératif numérique et ne pas l’intégrer dans nos priorités, nous conduira inexorablement à consommer ce qui vient d’ailleurs et nous éloignera indubitablement du noble et légitime désire d’indépendance et de liberté ».

Le Congo est honoré d’abriter la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA, une institution consacrée à l’information et à la communication sur le continent africain, a-t-il dit notant que son pays ne ménage aucun effort pour le développement des médias et particulièrement l’amélioration des infrastructures et des équipements et la qualité des prestations de service.

De son côté, le Directeur Général de l’Agence congolaise d’information, Vice-Président de la FAAPA, M. Anasth-Wilfrid MBOSSA, a souligné que la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA caractérise la 2è phase de délocalisation des rencontres annuelles de la fédération, une plateforme professionnelle qui promeut depuis quatre ans, outre la formation, l’échange d’expérience, d’information, de produits multimédias, ainsi que l’échange d’idées et de réflexions sur l’avenir de la presse notamment les agences de presse.

Il a saisi cette occasion pour remercier le président de la FAAPA, M. Khalil Hachimi Idrissi, porteur de ce grand projet, qui a pensé toujours à ses vertus continentales, à la grandeur de cette Afrique et à l’unité de ces Etats à travers le monde, notant que la Fédération fera sauter tous les verrous de cette information africaine souvent traitée à des milliers de Kilomètres et servie aux médias locaux pour diffusion et consommation.

Cette conférence a été marquée par la projection d’un film institutionnel sur la FAAPA qui retrace les activités de cette institution et les acquis réalisés depuis sa création il y a quatre ans au service de la promotion et de la réhabilitation des agences de presse tant au niveau des ressources humaines que matériels et technologiques.

A l’ordre du jour de la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA figurent nombre de points, notamment la présentation du rapport d’activités de la Fédération et le suivi de son plan d’action 2018-2019.

La FAAPA se veut une plateforme professionnelle de mise à niveau matérielle et immatérielle des Agences africaines pour qu’elles puissent relever les défis de la mondialisation qu’impose le 21ème siècle à notre continent.


Rabat, 21/11/2018 (MAP)- Les agences de presse ont un rôle central à jouer dans la reconquête de la souveraineté de l’information. La vitesse de l’information s’est accélérée en raison du développement des moyens technologiques, a affirmé, mardi à Brazzaville, M. Khalil Hachimi Idrissi, président de la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA), Directeur Général de la MAP.

L’information est devenue une denrée très disponible et très rare en même temps dans la mesure où une fois sur deux ou sur trois l’information est fausse, a souligné M. Hachimi Idrissi lors d’une conférence sur « Les agences de presse et le développement multisectoriel des Etats », tenue à l’occasion de la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA.

L’information échappe à la souveraineté de l’état du fait de l’instantanéité, de l’accélération de la vitesse de sa diffusion en raison du développement des moyens technologiques, a-t-il ajouté, notant que les fausses informations ont désormais plus de succès que les informations de qualité et font plus de revenus sur le net.

« On reçoit les commentaires, les analyses des autres sur notre vie politique sociale ou culturelle. Nous recevons un accompagnement, parfois orienté, de notre activité économique de chez les autres sans aucune autre forme de procès », a-t-il dit.

Les professionnels des informations se sont retrouvés ainsi un peu décalés jusqu’à ce que les excès tuent cette démarche du fait de fake news, a précisé M. Hachimi Idrissi, notant que les gens se sont retournés vers les agences de presse en disant qu’avec les agences de presse « nous avons des informations vérifiées, recoupées et sérieuses ».

Pour le président de la FAAPA, ce retournement est une bonne nouvelle étant donné qu »il y a vraiment aujourd’hui un moyen de reconquérir l’espace de l’information de qualité en donnant la place naturelle que doit avoir une agence de presse dans son environnement ».

Les agences de presse sont des structures professionnelles qui ont une charte déontologique et des réseaux et qui peuvent contribuer efficacement à la reconquête de la souveraineté nationale en matière d’information, a fait remarquer M. Hachimi Idrissi, appelant les pouvoirs publics à accompagner les agences de presse et à leur donner les moyens budgétaires pour pouvoir développer leurs activités et former leurs ressources humaines.

Par ailleurs, M. Hachimi Idrissi a rappelé à cette occasion la place qu’occupe aujourd’hui la FAAPA dans le paysage médiatique africain, voire international, qui n’a cessé de se consolider, d’année en année, depuis sa création le 14 octobre 2014 à Casablanca, notant que ce groupement professionnel poursuit ses multiples activités et actions dans un intense processus de développement et d’innovation.

La FAAPA vise à instaurer un partenariat stratégique entre les agences de presse de la région et leurs Etats dans un cadre formel de concertation et d’action leur permettant d’échanger leurs expériences et de coordonner leurs activités dans les différents domaines professionnels, en vue de faire face aux profondes mutations qui s’opèrent aujourd’hui dans le monde des médias et promouvoir, dans le cadre d’une nouvelle dynamique, la coopération et la cohésion entre les pays de la région, a-t-il tenu à souligner.

Pour sa part, le ministre congolais de l’enseignement supérieur, M. Bruno Jean Richard Itoua a relevé qu’à l’heure de la mondialisation, les agences de presse doivent s’arrimer aux TIC pour jouer pleinement leur rôle primordial de pourvoyeur de l’information, notant que « ne pas prendre conscience de l’impératif numérique et ne pas l’intégrer dans nos priorités, nous conduira inexorablement à consommer ce qui vient d’ailleurs et nous éloignera indubitablement du noble et légitime désire d’indépendance et de liberté ».

Le Congo est honoré d’abriter la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA, une institution consacrée à l’information et à la communication sur le continent africain, a-t-il dit notant que son pays ne ménage aucun effort pour le développement des médias et particulièrement l’amélioration des infrastructures et des équipements et la qualité des prestations de service.

De son côté, le Directeur Général de l’Agence congolaise d’information, Vice-Président de la FAAPA, M. Anasth-Wilfrid MBOSSA, a souligné que la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA caractérise la 2è phase de délocalisation des rencontres annuelles de la fédération, une plateforme professionnelle qui promeut depuis quatre ans, outre la formation, l’échange d’expérience, d’information, de produits multimédias, ainsi que l’échange d’idées et de réflexions sur l’avenir de la presse notamment les agences de presse.

Il a saisi cette occasion pour remercier le président de la FAAPA, M. Khalil Hachimi Idrissi, porteur de ce grand projet, qui a pensé toujours à ses vertus continentales, à la grandeur de cette Afrique et à l’unité de ces Etats à travers le monde, notant que la Fédération fera sauter tous les verrous de cette information africaine souvent traitée à des milliers de Kilomètres et servie aux médias locaux pour diffusion et consommation.

Cette conférence a été marquée par la projection d’un film institutionnel sur la FAAPA qui retrace les activités de cette institution et les acquis réalisés depuis sa création il y a quatre ans au service de la promotion et de la réhabilitation des agences de presse tant au niveau des ressources humaines que matériels et technologiques.

A l’ordre du jour de la 6è réunion du conseil exécutif de la FAAPA figurent nombre de points, notamment la présentation du rapport d’activités de la Fédération et le suivi de son plan d’action 2018-2019.

La FAAPA se veut une plateforme professionnelle de mise à niveau matérielle et immatérielle des Agences africaines pour qu’elles puissent relever les défis de la mondialisation qu’impose le 21ème siècle à notre continent.


Revue de presse

La politique au menu des quotidiens reçus ,ce jour, à la rédaction de l'ABP

10-12-2018
Cotonou, 10 Déc. 2018 (ABP)- L’animation de la vie politique ce week-end en ce qui concerne les prochaines joutes électorales sont entre autres les principaux sujets qui ont alimentés les colonnes des quotidiens parvenus à...
Agro-business
Opinion

Mon plaidoyer pour le retour aux valeurs morales

20-11-2017

Par: Marcel HOUNNOU
Certains comportements en cours dans notre société m'ont inspiré à publier ce message sous la forme d'un coup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions