Le taux de mortalité opératoire en Afrique plus élevé que dans le reste du monde

Le taux de mortalité opératoire en Afrique plus élevé que dans le reste du monde

04-01-2018

Se faire opérer en Afrique est deux fois plus risqué que dans le reste du monde, selon une étude parue mercredi dans la revue scientifique britannique « The Lancet ». Après des enquêtes dans 25 pays du continent, les chercheurs pointent du doigt le manque de suivi postopératoire, ainsi que la vétusté du matériel et la pénurie de médecins compétents.

En Afrique, les patients sont plus jeunes et y subissent des interventions moins lourdes. En théorie, la mortalité devrait donc être moins élevée qu'ailleurs et pourtant c'est tout le contraire, expliquent les auteurs de cette étude, notamment à cause des complications postopératoires.

Une situation que vit au quotidien Ahmadou Lamin Samateh. Ce chirurgien a pris la tête en mai dernier du plus grand hôpital de Gambie le Edward Francis Small Teaching Hospital (EFSTH) de Banjul. Ici, ce sont 200 000 patients qui sont traités chaque année dans des conditions difficiles : « Les problèmes dans cet hôpital sont énormes. La plupart de nos bâtiments sont vieux, et ne sont pas toujours aménagés de façon efficace. On a parfois du mal à se procurer des anesthésiques. On en a un temps, puis on commence à être à court et alors c’est très compliqué, tout l’hôpital doit courir partout pour en trouver, les négocier, pour que l’opération se passe bien ».

Des manques criants

En manque de spécialistes, le pays fait appel à des docteurs cubains pour compléter ses effectifs. Mais difficile de travailler dans de telles conditions, comme l’explique ce chirurgien orthopédiste : « Le plus gros problème, c’est la salle d’opération. Les conditions ne sont pas bonnes pour opérer. Des fois il y a des urgences, mais il n’y a que deux places. Et il arrive qu’on n’ait pas le matériel, pas de vis par exemple. Autre problème, dans la salle commune : il n’y a pas d’espace séparé pour des patients avec des infections, tout le monde est mélangé ».

D’ailleurs selon l’étude, près d'1 patient sur 5 a développé une complication postopératoire et parmi eux, presque 1 sur 10 en sont morts alors que 4 patients sur 5 étaient considérés à risque faible : ils étaient jeunes et bonne santé. « Beaucoup de vies pourraient être sauvées par un suivi efficace des patients », peut-on lire dans The Lancet.

Et cette situation de manque se retrouve dans différents services de l’hôpital de Banjul. La pharmacie est en constante pénurie de médicaments. Les machines de stérilisation des instruments sont rarement en état de fonctionner. Quant au service radiologie, depuis une semaine, le docteur Fatoumatta Jobarteh ne peut même plus travailler : « On attend que les techniciens viennent voir s’ils peuvent réparer la machine. C’est la deuxième fois que ça arrive en un an. On galère tous, la plupart des machines qu’on utilise sont des dons, et elles sont vieilles, c’est très dur d’établir un diagnostic ».


10 000 dossiers de patients étudiés

Ahmadou Lamin Samateh sait donc quelles sont les difficultés que son personnel doit chaque jour affronter : « Malheureusement, on a été délaissés par le précédent gouvernement. On devrait avoir de meilleures conditions que ce qu’on a aujourd’hui ». Le nouveau gouvernement gambien a promis plus de 2 millions d’euros pour l’achat d’équipements et de médicaments pour soulager temporairement les hôpitaux du pays.

Mais l’hôpital de Banjul n’est pas sûr pas le seul à avoir été au cœur de cette étude décrite comme la plus vaste et la plus fouillée sur la chirurgie africaine. Elle a réuni plus de 30 chercheurs qui ont rassemblé les données de 247 hôpitaux dans 25 pays du continent, de l'Algérie à l'Afrique du Sud en passant par le Sénégal et les deux Congo. Plus de 10 000 dossiers ont été étudiés pour arriver à ces conclusions. Et pour améliorer ces résultats, l'équipe de chercheurs appelle désormais à une amélioration de la surveillance des patients pendant et juste après leur opération.

Autre sujet d'inquiétude : le besoin criant de chirurgie sur le continent où seulement 212 opérations sont pratiquées pour 100 000 habitants par an, soit « 20 fois moins » que ce qui serait nécessaire pour couvrir les besoins vitaux de la population. Il n'y a même pas un chirurgien, un obstétricien ou un anesthésiste pour 100 000 habitants alors qu'il en faudrait entre 20 et 40. « Une pénurie de main-d’œuvre et de ressources aboutit à une chirurgie moins sûre », selon les chercheurs pour qui « l'absence de chirurgie en Afrique tue énormément et de manière silencieuse ».


Se faire opérer en Afrique est deux fois plus risqué que dans le reste du monde, selon une étude parue mercredi dans la revue scientifique britannique « The Lancet ». Après des enquêtes dans 25 pays du continent, les chercheurs pointent du doigt le manque de suivi postopératoire, ainsi que la vétusté du matériel et la pénurie de médecins compétents.

En Afrique, les patients sont plus jeunes et y subissent des interventions moins lourdes. En théorie, la mortalité devrait donc être moins élevée qu'ailleurs et pourtant c'est tout le contraire, expliquent les auteurs de cette étude, notamment à cause des complications postopératoires.

Une situation que vit au quotidien Ahmadou Lamin Samateh. Ce chirurgien a pris la tête en mai dernier du plus grand hôpital de Gambie le Edward Francis Small Teaching Hospital (EFSTH) de Banjul. Ici, ce sont 200 000 patients qui sont traités chaque année dans des conditions difficiles : « Les problèmes dans cet hôpital sont énormes. La plupart de nos bâtiments sont vieux, et ne sont pas toujours aménagés de façon efficace. On a parfois du mal à se procurer des anesthésiques. On en a un temps, puis on commence à être à court et alors c’est très compliqué, tout l’hôpital doit courir partout pour en trouver, les négocier, pour que l’opération se passe bien ».

Des manques criants

En manque de spécialistes, le pays fait appel à des docteurs cubains pour compléter ses effectifs. Mais difficile de travailler dans de telles conditions, comme l’explique ce chirurgien orthopédiste : « Le plus gros problème, c’est la salle d’opération. Les conditions ne sont pas bonnes pour opérer. Des fois il y a des urgences, mais il n’y a que deux places. Et il arrive qu’on n’ait pas le matériel, pas de vis par exemple. Autre problème, dans la salle commune : il n’y a pas d’espace séparé pour des patients avec des infections, tout le monde est mélangé ».

D’ailleurs selon l’étude, près d'1 patient sur 5 a développé une complication postopératoire et parmi eux, presque 1 sur 10 en sont morts alors que 4 patients sur 5 étaient considérés à risque faible : ils étaient jeunes et bonne santé. « Beaucoup de vies pourraient être sauvées par un suivi efficace des patients », peut-on lire dans The Lancet.

Et cette situation de manque se retrouve dans différents services de l’hôpital de Banjul. La pharmacie est en constante pénurie de médicaments. Les machines de stérilisation des instruments sont rarement en état de fonctionner. Quant au service radiologie, depuis une semaine, le docteur Fatoumatta Jobarteh ne peut même plus travailler : « On attend que les techniciens viennent voir s’ils peuvent réparer la machine. C’est la deuxième fois que ça arrive en un an. On galère tous, la plupart des machines qu’on utilise sont des dons, et elles sont vieilles, c’est très dur d’établir un diagnostic ».


10 000 dossiers de patients étudiés

Ahmadou Lamin Samateh sait donc quelles sont les difficultés que son personnel doit chaque jour affronter : « Malheureusement, on a été délaissés par le précédent gouvernement. On devrait avoir de meilleures conditions que ce qu’on a aujourd’hui ». Le nouveau gouvernement gambien a promis plus de 2 millions d’euros pour l’achat d’équipements et de médicaments pour soulager temporairement les hôpitaux du pays.

Mais l’hôpital de Banjul n’est pas sûr pas le seul à avoir été au cœur de cette étude décrite comme la plus vaste et la plus fouillée sur la chirurgie africaine. Elle a réuni plus de 30 chercheurs qui ont rassemblé les données de 247 hôpitaux dans 25 pays du continent, de l'Algérie à l'Afrique du Sud en passant par le Sénégal et les deux Congo. Plus de 10 000 dossiers ont été étudiés pour arriver à ces conclusions. Et pour améliorer ces résultats, l'équipe de chercheurs appelle désormais à une amélioration de la surveillance des patients pendant et juste après leur opération.

Autre sujet d'inquiétude : le besoin criant de chirurgie sur le continent où seulement 212 opérations sont pratiquées pour 100 000 habitants par an, soit « 20 fois moins » que ce qui serait nécessaire pour couvrir les besoins vitaux de la population. Il n'y a même pas un chirurgien, un obstétricien ou un anesthésiste pour 100 000 habitants alors qu'il en faudrait entre 20 et 40. « Une pénurie de main-d’œuvre et de ressources aboutit à une chirurgie moins sûre », selon les chercheurs pour qui « l'absence de chirurgie en Afrique tue énormément et de manière silencieuse ».


Revue de presse

Le E-visa et la crise sociale au menu des journaux

24-04-2018
Cotonou, 24 Avr. (ABP)- L'innovation technologique introduite dans les formalités d'obtention de visa et la crise sociale ont fait le menu des quotidiens parvenus à la rédaction de l’ABP ce mardi ont La Nation...
Agro-business
Opinion

Mon plaidoyer pour le retour aux valeurs morales

20-11-2017

Par: Marcel HOUNNOU
Certains comportements en cours dans notre société m'ont inspiré à publier ce message sous la forme d'un coup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions