Le parlement rejette la demande de poursuite de Komi Koutché devant la Haute cour de Justice


Cotonou, 14 Sept 2018. (ABP) – Activités au Parlement, négociations Gouvernement-syndicats, le procès Haac/Nouvelle Tribune, sont les principaux sujets développés par les quotidiens parvenus à la rédaction de l’ABP ce jour.

 « Rejet de la poursuite de Komi Koutché : Le Bmp fait preuve de discernement ». C’est par ce titre à sa ‘’Une’’ de ce jour que le quotidien Le Matinal aborde l’actualité à l’Assemblée nationale. Le journal nous apprend que l’ancien ministre des Finances, suspecté dans nombre de dossiers financiers, ne sera pas cependant poursuivi devant la Haute cour de justice, conformément à la décision des députés lors de la plénière d’hier jeudi 13 septembre. Selon l’auteur de l’article, les députés du Bmp ont fait preuve de discernement, vu que les faits reprochés à komi Koutché ne datent pas de la période où il était en fonction en qualité de ministre des Finances. Il s’agit d’une infraction qui relève de la compétence des juridictions de droit commun, conclut le journal.

La Presse du Jour précise, chiffres à l’appui que « 78 députés rejettent la demande de poursuite de Komi Koutché » contre 03 voix pour, ce qui est très loin des 2/3 exigés par l’article 186.1 de la Constitution. Le journal nous renseigne que sur, les débats devant porter sur les deux rapports déposés par la commission des lois, le député « Guy Mitokpè a donné le top en refusant de s’associer à la comédie politique dans laquelle le gouvernement s’est engagé en suscitant ce dossier qui selon lui, frise un acharnement politique contre l’opposition ». 

Mais pour L’Autre Quotidien de ce jour, le rejet du « dossier Komi Koutché » traduit la clairvoyance du bloc majoritaire des députés à l’Assemblée nationale. Le journal, nous rappelle qu’aux yeux des députés, « le rapport que le Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou établit entre la faute supposée commise par le ministre et ses fonctions de membre de gouvernement ne paraît pas évident selon la majorité qui soutient le chef de l’Etat à l’Assemblée nationale… Son cas relève plutôt  des juridictions ordinaires».

Matin Libre dénonce un jeu flou du Bmp dans cette affaire de poursuite de députés et d’anciens ministres devant la Haute cour de justice. Pour le journal, le Parlement, à travers le vote secret de la plénière d’hier, a certainement voulu se prononcer sans pression et précise que, si certains continuent de s’interroger sur les raisons ayant fondé le choix des députés dans le cas Koutché, on pourrait soutenir que les éléments de preuve apportés par les avocats de l’ancien ministre ont été déterminants. Mais, à tout le moins, le vote émis hier pourrait être comme une sorte de rattrapage du Bmp, poursuit le journal.

Abordant le dossier Koutché dans la rubrique « La loupe », Matin Libre rappelle que le vote d’hier constitue un coup de tonnerre et une surprise de haute portée politique pour l’opinion nationale. L’auteur de la rubrique signale que « K.K devient fort », même si plus tard, on parvenait à le poursuivre. Il a pris un peu de valeur politique et sera plus craint à partir de maintenant d’hier, poursuit le journal. Et pour conclure ce dossier, le journal nous rappelle que, Adrien Houngbédji, président de l’Assemblée nationale, fort de son expérience et sa compétence avait pourtant prévenu.

         Le volet social n’est pas du reste dans la revue de ce jour. La Presse du jour nous apprend que les discussions entre le Gouvernement et les syndicats qui ont lieu hier jeudi 13 septembre ont débouché sur plusieurs avancées au profit des enseignants pour qui le gouvernement débloque 12 milliards de FCfa dans le cadre de la rentrée scolaire 2018-2019.

Pour L’autre Quotidien, il s’agit « Des avancées pour un dialogue prometteur ». Le journal nous apprend que c’est dans une ambiance d’écoute réciproque, que les deux parties ont convenu d’un minimum de points d’accord pouvant permettre de poursuivre le dialogue social pour le bien des travailleurs. Plus loin, l’auteur de l’article rappelle que les participants à la rencontre d’hier, ont privilégié les questions relatives au secteur de l’éducation.

Le Matinal confirme l’information et signale que pour le compte de l’année académique 2018-2019, le gouvernement donne le sourire aux enseignants lors de cette rencontre placée sous le sceau d’une rentrée apaisée.

Rentrée apaisée d’accord, mais certaines centrales et confédérations syndicales n’étaient pas à ces négociations d’hier. C’est Matin Libre qui nous donne cette information et cite la Cstb et l’Unstb qui ont préféré à travers une marche pacifique dans les rues de Cotonou, aller dénoncer la violation des libertés individuelles et collectives en cours dans le pays et en négation avec la Constitution, les lois et règlements du pays et les conventions internationales ratifiées par le Bénin. Pour le journal, les partenaires sociaux ont battu le macadam pour dénoncer les dérives du gouvernement et actes menaçant les acquis démocratiques.


ABP/AG/CG

Changements climatiques : Plaidoyer pour un véritable engagement

22-03-2019

Par: Boni N'yô SINASSON
Djougou, 21 mars 2019 (ABP)- Depuis le début du XXème, les scientifiques ont observé...
Revue de presse

La politique et la gouvernance fortement abordés par les parutions de ce jour

19-04-2019
Cotonou, 19 Avril 2019 (ABP)-La politique et la gouvernance sont entre autres les principaux sujets qui ont suscité divers commentaires dans les colonnes des quotidiens parvenus à la rédaction de l’ABP ce vendredi.La situation...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions