"Il nous faut impérativement œuvrer pour la continuité des services essentiels en dépit de la Covid-19", à en croire Aboudourassidou Zibrila

Institutions / "Il nous faut impérativement œuvrer pour la continuité des services essentiels en dépit de la Covid-19", à en croire Aboudourassidou Zibrila

11-08-2021 à 12:08:06

Ouaké, 11 Août (ABP) - Sous forme d’une invite à la réflexion pour la continuité dans la fourniture des services essentiels en dépit de la pandémie de la Covid-19, la  32ème édition de la journée mondiale de la population (JMP) a été célébrée en différé ce mardi, dans la commune de Ouaké, pour le compte du département de la Donga, sous la houlette du maire Ouolou Dramane et de Aboudourassidou Zibrila, directeur départemental  du développement, sous le thème: « Les droits et les choix sont la réponse: qu’il s’agisse de baby-boom ou de contrôle de naissances, la solution consiste à donner la priorité à la santé reproductive, les droits des femmes et des filles ».

Dans le département de la Donga, selon les résultats des enquêtes de 2017-2018, une femme a, en moyenne entre 06 et 07 enfants au cours de sa vie féconde. Plus de la moitié d’entre elles ont leur premier rapport sexuel  avant 17 ans et le premier enfant intervient généralement  au tour de 20 ans. Sur 10 femmes  en union, 09 n’utilisent pas de méthodes contraceptives. Et parmi le peu qui s’y adonne, 33% ont des besoins non couvertes en planification familiale. Dans la commune de Ouaké, les données du recensement général de la population de 2013, indiquent que les hommes contractent leur premier mariage  à environ 25 ans d’âge pendant que l’âge moyen des femmes est de 19 ans.

La célébration  de la  JMP apparaît donc telle une occasion de renforcer la sensibilisation des populations sur la santé reproductive, de réfléchir au voies et moyens de renforcer  la coopération entre le secteur public, privé et les institutions  de coopération  en vue  accroître les financements  en faveur  des programmes  de santé  reproductive et de plaider pour leurs positionnements au cœur des politiques et programmes de développement communaux.

Selon le maire Ouolou Dramane, le thème retenu pour la présente édition est très évocateur d’autant plus  que la pandémie de la Covid-19,a fragilisé les systèmes de santé partout dans le monde, surtout en ce qui concerne  les services de  fourniture d’informations sur la santé sexuelle et reproductive. Il craint à cet effet, que l’harmonie sociale ne s’en trouve également perturbée à travers l’accentuation des inégalités genres,  des violences basées sur le genre, du mariage des enfants, des mutilations génitales féminines et bien autres.

« Il nous faut impérativement œuvrer pour la continuité des services essentiels en dépit de la Covid-19 », a insisté Aboudourassidou Zibrila, directeur départemental   du développement. Les données  et les  projections, a-t-il confirmé,  indiquent qu’on pourrait assister  à une augmentation des grossesses non désirées parmi les groupes vulnérables dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. Ce tableau sombre est, à son avis,  la conséquence  de l’interruption  des programmes qui luttaient contre ces fléaux. Il a pour cela invité, au nom du ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, les femmes à faire des choix autonomes et responsables concernant leur corps et leur fécondité.

 Pour M. Sokouda Zachée, représentant le préfet, il faudra d’avantage prendre conscience de  la nécessité  de placer au cœur des  préoccupations de développement,les besoins  et les vulnérabilités des femmes et des filles en matière de santé sexuelle  et reproductive, pendant cette période de pandémie en veillant à la continuité des services  de santé sexuelles et reproductives et maternelle à l’échelle locale et  départementale. Il a pour ce faire, convié les différents acteurs à poursuivre les réflexions en vue de faire des propositions concrètes pour une meilleure protection des droits des femmes et des filles.


ABP/MS/CG

Les enfants, esclaves et victimes de la production cotonnière dans l’Atacora

23-06-2021

Par: Moutarou IDRISSOU
La lutte contre le trafic des enfants, se heurte à des pratiques profondément ancrées...
Revue de presse

Le nombre de partis politiques enregistrés actuellement au Bénin, dévoilé

10-08-2021
Cotonou, 10 Août. 2021 (ABP) - Le dénombrement des partis politiques actuellement enregistrés au Bénin et l’évolution de l’affaire Alexandre Hountondji et Joseph Tamègnon contre la Criet, sont les sujets...
Agro-business
Opinion

Patrice Talon : Le triomphe par la vérité et le bilan (Par Joseph Vodounon Djodo)

29-11-2020

Par: Joseph VODOUNON DJODO
Si dans la civilisation universelle, la vérité est célébrée comme une vertu, il n’en demeure pas moins vrai que...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions